Mon avis sur le musée des Confluences, Lyon

Voilà un musée dont on a beaucoup entendu parler. Il a coûté deux fois plus cher que le coût prévu et il faut bien reconnaître que le résultat est plutôt réussi, dans la lignée de ce qui se fait aujourd’hui. De grandes baies vitrées qui ont l’air de couper l’eau, de la lumière, du blanc et un ensemble de petites salles sombres.

Mais qu’est-ce que le Musée des Confluences? Qu’y trouve-t-on?

Il nous est vendu comme un musée d’histoire naturelle et des sociétés. L’histoire naturelle et les sociétés semblent déjà bien éloignées les unes des autres mais pourquoi pas. Un musée qui promet de retracer une telle évolution peut paraître intéressant. Allons-y!

Impression

La première salle dans laquelle je suis rentrée m’a plutôt plu. Il s’agissait d’une salle dans laquelle se trouvaient des objets d’un pays lointain où les rêves se matérialisent.

Suite à la visite de cette salle, je suis allée de déception en déception. Les thèmes qui réunissent objets du quotidien, scientifiques et oeuvres d’arts ne sont même pas clairement définis. Beaucoup de choses sous nos yeux mais aucune unité, aucune explication.

Je pense par exemple à une salle dans laquelle sont exposés des friteuses, des minitels, une magnifique robe électrique et… des jars et costumes japonais…

Le Musée des Confluences est donc un grand bazar, une brocante dans laquelle on a amassé un grand nombre d’objets, souvent ordinaires puis au milieu desquels on va trouver une oeuvre d’art.

Les panneaux explicatifs

J’en ai photographié un, tant le bla bla pseudo philosophique m’a ennuyé et amusé:

 » La question des origines hante depuis toujours l’humanité comme elle hante chaque être humain. » Formule extrêmement maladroite pour un tel musée. Je retiens le maladroit « depuis toujours » et la redondance entre « l’humanité » et « chaque être humain », l’humanité étant l’ensemble des êtres humains et à mon sens, cette maladresse témoigne des prétentions de ce musée qui semble revendiquer son opacité sous prétexte d’un art contemporain et accessible à une poignée. Sauf que je doute que la poignée y trouve son compte.

J’étais accompagnée de deux amis lyonnais aussi déçus que moi.

Je suis consciente que les avis sur ce musée sont controversés, à vos claviers!

Mon avis sur le Musée des Confluences, Lyon
Mon avis sur le Musée des Confluences, Lyon
Mon avis sur le Musée des Confluences, Lyon
Mon avis sur le Musée des Confluences, Lyon
Mon avis sur le Musée des Confluences, Lyon
Mon avis sur le Musée des Confluences, Lyon

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rendez-vous sur Hellocoton !

9 commentaires sur “Mon avis sur le musée des Confluences, Lyon

  1. hum… vu les photos, ça ne me semble pas un endroit ou, a priori, je me sentirai à l’aise… je te recommande le MUCEM, à Marseille. Au moins, tu peux voir la mer si l’intérieur n’est pas tout à fait à ton goût.

  2. A vrai dire je ne sais plus si j’y suis allée mais j’opterai pour le non ou alors il ne m’a vraiment pas parlé :p J’étais allée à la Biennale de Lyon une fois et euh comment dire…très conceptuel (des gens qui se bavaient dessus en se tournant autour , torse dus pour tout dire).

    Je n’ai pas une fibre artistique mais l’art contemporain me dépasse complètement en général et j’ai tendance à me demander si on ne se fiche pas un peu de moi. A part certaines œuvres, dont la portée première semble un peu « classique » mais que je trouve jolies, parfois c’est mieux de ne pas avoir de prétention (ce qui est mon cas au sujet de l’art ).

  3. arf, dommage
    j’avoue que la phrase que tu as cité est quelque peu maladroite surtout pour un tel endroit
    enfin bref, moi je suis allée voir une abbaye qui a pour moi un petit quelque chose en plus car c’est devant celle ci que j’ai fait la rencontre de mon cher et tendre et le lendemain tous les petits musées divers et variés de la ville de Senlis avec ma mère qui a d’ailleurs été ravie

    1. C’est un musée qui se veut « pour tous » et « pour tous » semble vouloir dire sans message profond et bordélique, le plus étant le mieux. On est d’accord…

  4. Comme Marie, j’ai visité un bazar où le thème de la salle semble difficile à appliquer à certaines vitrines (comme les minéraux, splendides par ailleurs, mais qu’il fallait bien ranger). J’ai trouvé souvent difficile de relier objet et l’étiquette le caractérisant (aller retour visuel entre les 2, trop éloignés). Le pompon revient à la magnifique vitrine des oiseaux… oui mais il vaut mieux ne pas être trop nombreux à chercher le nom de l’un d’eux : il y a une espèce de petite banque écran où sur écran il faut… C’est trop compliqué à faire et à expliquer !!! Enfin, les salles aux murs noirs, à l’éclairage électrique parfois gênant pour observer (ombre) sont des vraies cavernes (personnellement, je ne suis pas claustro mais ça m’endort).Cela dit, j’aime beaucoup l’architecture du bâtiment et le panorama qu’il permet de découvrir depuis les étages, et la balade qu’on peut y faire en en faisant le tour.

commentaires