« Le Bonheur Conjugal » – Tahar Ben Jelloun, l’Enfer c’est l’autre?

Dans « Le Bonheur Conjugal », Tahar Ben Jelloun maltraite le couple pour mieux analyser ses rouages.

L’Histoire

Un peintre marocain célèbre se retrouve coincé dans le lit de sa splendide demeure et dans son corps après un AVC. Il rend son épouse entièrement responsable de son mal. Cette immobilité est l’occasion de revenir sur leur relation.

La Structure

Le roman est coupé en deux. La plus grande partie est narrée par le peintre enfermé dans son corps, la deuxième est narrée par son épouse qui a découvert le manuscrit retranscrit par l’ami de son époux. Deux façons bien différentes de percevoir et de raconter une même réalité. Au lecteur de choisir son camp.

Le Style

Tahar Ben Jelloun parvient à prendre deux voix différentes et deux syntaxes différentes également, il laisse réellement ses personnages s’exprimer et prendre le pouvoir. Ce n’est pas un exercice facile pour un écrivain que de s’effacer devant ses personnages-narrateurs. Je trouve que Tahar Ben Jelloun s’en sort très bien.

Les Références Cinématographique

Chaque chapitre s’ouvre sur des répliques de film de Fritz Lang (« la rue rouge ») ou de Ingmar Bergman ( » les fraises sauvages », « Scènes de la vie conjugale »). Des citations de grands films qui font réfléchir avant même de lire ce que le narrateur a à nous raconter.

Le Couple

Tout le livre tourne autour de la problématique du couple. Comment l’envisager? Comment être une entité unique tout en vivant en couple? Comment s’accorder? Comment ne pas se haïr? Est-ce que le couple est voué à l’échec?

Nous entendons d’abord la voix de la victime. Ce grand séducteur en manque d’amour qui semble avoir épousé la mauvaise femme, une sauvageonne, avide d’argent, avare de tendresse et inculte.

Puis, nous percevons l’histoire différemment lorsque l’épouse prend la parole et explique son point de vue.

Finalement, ne sont-ils pas responsables tous les deux de ne pas avoir été assez à l’écoute de l’autre? Ne sont-ils pas eux-mêmes victimes de leur insatisfaction ou de leurs illusions?

La Solitude

Nous nous mettons parfois en couple pour vaincre la solitude, ne plus être seul(e) mais, comme le dit très justement le narrateur, nous ne nous sentons jamais aussi seul(e)s que lorsque nous sommes en couple, lorsque l’autre qui est à nos côtés ne nous écoute pas, ne nous comprend pas, ne partage pas. Lorsque nous devons faire avec l’autre alors que nous ne trouvons plus le moyen de communiquer avec lui (ou elle). Qui n’a pas déjà ressenti la solitude en vivant en couple?

Mon Avis

J’ai adoré ce livre. Lorsque le désir qui nous aveugle s’évanouit, pourquoi certaines personnes parviennent à entretenir l’amour alors que d’autres baissent les bras et finissent par haïr celle ou celui qu’ils ont aimé? D’où vient cet injuste écart? La réponse que je me suis faite à la lecture de ce livre est que le secret se cache dans la capacité d’empathie des deux conjoints, mais je pense qu’on peut en avoir une lecture bien différente!

Avez-vous lu ce livre? Qu’en avez-vous pensé?

« Le Bonheur conjugal », Tahar Ben Jelloun, Editions Folio poche.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

7 commentaires sur “« Le Bonheur Conjugal » – Tahar Ben Jelloun, l’Enfer c’est l’autre?

  1. Il m’avait interpelé à sa sortie mais en y regardant plus près je l’avais laissé tomber. Je ne pense pas le lire au final, mais les références aux films me font penser au roman d’Alice FERNEY « bonheur conjugal » dont le schéma de récit est basé sur le film « chaines conjugales ». Un roman qui restera parmi ceux qui marquent, pour moi. Tu connais ? Pareil, c’est la thématique du couple.

    1. « Paradis conjugal » me dit quelque chose mais je ne suis pas sûre. Comme ça m’intéresse bien, je vais essayer de me le procurer, voir si je l’ai déjà lu ou pas. Merci!:-)

commentaires