Un dimanche chez grand-mère: « La chambre aux oiseaux » (Paris 10)

Dimanche dernier, j’ai testé  » La chambre aux oiseaux » avec une amie près du canal Saint- Martin dans le 10ème arrondissement. Nous nous étions données rendez-vous à 17h, ce qui est un peu tard puisque le café ferme à 18h30 mais ce qui est agréable là-bas c’est que personne ne nous met la pression et c’est assez rare à Paris pour être signalé ET souligné.

C’est donc un tout petit endroit cosy qui nous attendait… pas de places, bien sûr! Et lorsque je demande dans combien de temps une table va se libérer, on me répond que c’est l’heure du goûter et qu’il est impossible de savoir dans combien de temps les petits chanceux partiront. Loin de me contrarier, j’ai trouvé cette réponse extrêmement pro! Voilà un endroit dans Paris où l’on respecte la clientèle.

A ce moment-là, on ne pouvait plus me déloger, il fallait que je teste! Une table s’est libérée et je me suis laissée tomber dans un de leurs fauteuils super confortables (voir photo!). C’est à ce moment-là que le couperet est tombé: il ne restait plus qu’une part de tarte au citron meringuée et de la pana cotta. « Mille excuses, ça n’arrive jamais ». Aaaah! Vraiment pas de chance.

Bonne amie, je lui laisse la dernière part de tarte et je prends un chocolat chaud maison (vous souvenez-vous du temps qu’il faisait le 29 juin 2014?). Place au test:

L’histoire

On aime les lieux qui ont une histoire, allez savoir pourquoi, cela ajoute une saveur à notre goûter! Et ce café en a une. Peut-être même plusieurs.

C’est une rencontre entre Léna et Hervé mais avant d’écrire une histoire commune, ils ont chacun eu une histoire personnelle qui les a bercés, influencés, inspirés.

La grand-mère de Léna, Hélène, tenait une mercerie. Lorsqu’elle l’a fermée, elle a transféré son stock dans la chambre de sa mère qu’elle a surnommé « la chambre aux oiseaux » parce qu’ils étaient nombreux à venir chanter sur le bord de la fenêtre. C’est donc dans cet univers de bric et de broc et de bonnes odeurs de cuisines de grand-mère que Léna a grandi.

De son côté, Hervé se destinait à être pâtissier, comme son grand-père mais c’est pour la décoration qu’il se prit de passion.

Lorsque ces deux-là se rencontrent, c’est tout naturellement qu’ils décident de faire renaître les vieux souvenirs pour en faire des neufs.

Tous deux choisissent la déco et se lancent dans la réhabilitation de cet ancien squat.

Un dimanche chez grand-mère: "La chambre aux oiseaux"Un dimanche chez grand-mère: "La chambre aux oiseaux"

La déco

Et, ô! Miracle! On se croirait dans une maison de campagne normande! Sacrément chouette!

En plus d’être jolie, la déco est confortable. Régulièrement, celle-ci change. C’est d’ailleurs l’occasion pour moi de vous révéler un secret: le lundi 14 juillet, la chambre aux oiseaux organise sa brocante!

Un dimanche chez grand-mère: "La chambre aux oiseaux"Un dimanche chez grand-mère: "La chambre aux oiseaux"Un dimanche chez grand-mère: "La chambre aux oiseaux"
Un dimanche chez grand-mère: "La chambre aux oiseaux"

L’accueil

Comme je l’ai dit au-dessus, j’apprécie qu’on ne mette pas la pression aux clients. L’équipe est serviable sans être jamais envahissante. Tout est fait pour que l’on se sente entre copines dans notre salon. Comme à la maison!

Un dimanche chez grand-mère: "La chambre aux oiseaux"

Le goûter

Le chocolat maison était excellent et d’après mon amie, experte en matière de tarte au citron, le gâteau parfait!

Un dimanche chez grand-mère: "La chambre aux oiseaux"

Le coût

Les prix sont très raisonnables pour le quartier: 3e50 le chocolat chaud maison, 5e le dessert.

Pour un décor et un service de cette qualité, c’est très bien.

Ce que je n’ai pas pu tester…

mais que je testerai sous peu! Le petit-déjeuner sucré-salé à 10e50; les clubs et les salades à 10e et le brunch complet à 20e!

Un dimanche chez grand-mère: "La chambre aux oiseaux"Un dimanche chez grand-mère: "La chambre aux oiseaux"Un dimanche chez grand-mère: "La chambre aux oiseaux"

Le tout étant, de trouver sa place!

Un dimanche chez grand-mère: "La chambre aux oiseaux"
Rendez-vous sur Hellocoton !
Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires sur “Un dimanche chez grand-mère: « La chambre aux oiseaux » (Paris 10)

  1. Ca a l’air super sympa, ça me fait un peu penser au Loir dans la théière. J’y suis retournée ce week end et les tartes sont toujours aussi délicieuses et l’endroit cosy. Il y a pas mal de places mais l’endroit est assez connu donc il faut quand même attendre un peu. D’ailleurs ça me fait penser qu’à Londres il ne semblait pas du tout incongru d’attendre pour s’installer alors qu’à Paris ça me surprend toujours et en général c’est un bon indicateur . Bref adresse à tester 🙂

  2. Un peu comme toi j’aurai du mal à choisir LE livre que je préfère, il y a même des livres que j’ai adoré mais dont je ne me souviens plus de l’auteur (parfois il n’y en a eu qu’un de très connu). Je ne connais aucun des auteurs que tu cites à part Zola et Desnos (de nom) d’ailleurs! J’ai dévoré pas mal de bouquins du collège au lycée surtout du classiques (tant qu’à aimer lire autant se préparer pour le bac lol), j’ai beaucoup aimé le Rouge et le Noir, Bel Ami, Au Bonheur des Dames, Notre Dame de Paris. Je n’ai jamais accroché avec Flaubert (que ma prof de français et de latin que j’adorais, considérait comme le meilleur écrivain français donc c’est avec un grand désespoir que j’ai fait ce constat ahah). Et sinon pèle mêle: Belle du Seigneur (le film est abominable, je m’y attendais mais je voulais constater de mes propres yeux) , les Haruki Murakami, je voue un culte à Jane Austen et les soeurs Brontë, Harry Potter (forcément), La formule de Dieu, Corps et Âmes.. La liste est longue 🙂 Maintenant je ne lis plus trop des "classiques", surtout des livres conseillés par ma mère qui circulent dans son groupe d’amis et sont testés et approuvés. Mais après avoir fini celui que je suis entrain de lire actuellement ("chroniques d’un oiseau à ressort" Murakami) , je me pencherai sur "L’amour au temps du choléra" (tu m’as donné envie de le lire) et "Le lys dans la vallée" 🙂

  3. J’avais répondu à cette question dans mon article "liebster award" mais c’est vrai que je l’ai vite supprimé parce qu’il y avait un problème d’image. Et bien, je vais te décevoir mais il est vraiment difficile pour moi de répondre à cette question, il y a tellement d’auteurs, de styles différents! Puis j’aime autant l’humour (David Lodge) que des choses plus graves comme Zola. Lorsqu’on me pose la question, je réponds souvent les Rougon-Macquart justement et si on me demande d’être plus précise, "la terre" qui m’a remué les tripes mais, il y a tellement d’autres livres qui ont eu une importance dans ma vie! Lolita, Aurélien ou Plonger qui n’est pas du tout du même genre! Par contre, plus facile, mon poète préféré est Desnos. J’ai prévu de faire un article mercredi justement!
    Et toi? Quel est ton livre préféré?
    (je te renvoie aussi à mon article sur Proust si tu te sens inspirée, quelle serait ta madeleine de Proust?)

  4. Marie, ça m’a l’air tout à fait formidable comme lieu. Tranquille, charmant et délicieux. Si l’on ajoute à cela l’histoire du lieu et la proximité du canal saint martin, il a vraiment de quoi plaire. Si ça te dit d’y aller la semaine prochaine, ce sera avec plaisir !

commentaires