« Croire au Merveilleux », Christophe Ono-Dit-Biot- Les Mythes ou la Vie

J’attendais la sortie du dernier livre de Christophe Ono-Dit-Biot, « Croire au Merveilleux », depuis un moment déjà. Quatre ans, pour être exact. « Plonger », de Christophe Ono-Dit-Biot, était l’objet de mon premier article il y a trois ans.

L’Histoire 

Nous retrouvons César, le héros des livres de Christophe Ono-dit-Biot, qui a bien du mal à surmonter la disparition de Paz. Jusqu’à l’apparition d’une mystérieuse jeune fille qui va changer le cours de son existence.

Le Deuil

Comment surmonter la mort brutale d’un être cher quand on n’a pas pu lui dire au revoir ? A fortiori, quand on ne sait pas si celui-ci nous aimait encore? César se retrouve dans cette situation délicate : culpabilité de ne pas avoir fait assez, souffrance de l’homme endeuillé après avoir été quitté. Cette douleur, il ne peut la partager avec personne, pas même avec son fils qui a perdu une mère. Comment guérir d’un mal aussi criant ? Comment continuer de vivre ?

L’Enfance

L’enfance d’Hector n’est donc pas des plus innocente. Lorsque l’on perd un parent, on s’éloigne de celui qu’il nous reste, au moins le temps de panser les blessures. C’est ce qui arrive à Hector et César. Le père éloignant le fils le plus possible de l’être souffrant qu’il est devenu. Souffrant ou pas, c’est pourtant de César qu’Hector a besoin pour combler le vide d’une mère absente. Tout comme son père avant lui, Hector se réfugie dans son imaginaire. Monstres et dieux s’affrontent sur le papier afin de transformer un réel trop irréel.

La Force de l’Imaginaire

Le récit de César est empreint de références aux auteurs grecs et à la mythologie. Non, Madame la Ministre, les langues anciennes ne sont pas mortes. Bien plus que cela, les mythes et légendes nous permettent de survivre, de surmonter les crises et de supporter ce monde qui ne tourne plus bien rond. C’est le message fort de ce livre d’après moi.

Le Style

Christophe Ono-Dit-Biot n’écrit pas beaucoup, il prend son temps et il faut bien dire, comme je l’avais déjà remarqué dans l’article concernant « Plonger », son précédent roman, que ça lui réussit. Il y a une réelle évolution depuis ses premiers livres. Le vocabulaire est choisi, le style s’étoffe et les références foisonnent (peut-être trop… pompeux?..)

Finalement

Je ne peux pas en dire plus sans vous révéler l’intrigue. Je vous inviterai donc seulement à lire la dernière aventure de César, ce personnage attachant par sa mélancolie, sa sensibilité et ses imperfections.

« Croire au Merveilleux », Christophe Ono-Dit-Biot. Editions Gallimard.

Rendez-vous sur Hellocoton !

commentaires