« Et Rien d’Autre », James Salter

Je dirai que l’intérêt du livre tient en sa dernière phrase. Une morale à peine cachée qui n’a rien d’inédit. Avant cela, c’est une longue suite d’anecdotes amoureuses concernant le personnage principal, Philip Bowman et quelques personnes qu’il croise tout au long de sa vie. Un roman sur la recherche d’un trésor rare qui est celle d’un bon nombre d’entre nous: l’amour, le vrai, le durable. Un roman décousu comme la vie.

Résumé

Après sa dernière mission en tant qu’officier au Japon lors de la seconde guerre mondiale, Philip Bowman rentre aux Etats-Unis. Il poursuivra ses études à New-York où il rencontrera et épousera une jolie jeune fille du Sud. Il intégrera ensuite le milieu de l’édition.

L’édition

Milieu dont on parle assez peu finalement. Alors qu’il nous est expliqué que les personnages font référence à Truman Capote,Norman Mailer et Joe Fox; c’est surtout de sexualité et de moeurs libérées dont nous parlons ici. Très peu de littérature.

Style

Je m’attendais à une écriture spéciale, inédite puisque le magazine Télérama en fait l’éloge. L’auteur, James Salter, qui a écrit très peu est même connu pour être « l’écrivain pour les écrivains ». Toujours d’après le magazine, la traduction rend parfaitement son style, « sa justesse », « sa savante simplicité ». Une écriture simple, facile à lire, c’est le cas, mais je ne vois pas en quoi cette écriture est « savante ». J’aimerais alors lire un autre de ses romans afin de comprendre ce que le critique veut dire par là. Je respecte le travail de ce grand Homme mais dans ce roman, je n’ai pas trouvé le « spécial » promis.

Amour et sexualité

Mariage, divorce, trahison: le seul amour qui n’est pas contrarié se soldera par un accident mortel. Optimistes de l’amour, fuyez! C’est un roman très noir sur ce point. Nous traversons avec Bowman les premiers divorces, la sexualité libérée qui fait exploser le nombre de divorces, les années soixante-dix en somme.

La femme

Les femmes sont très présentes et quasi-absentes. Elles prennent petit à petit le pouvoir par l’obtention de libertés (le divorce, le travail) mais elles ne restent que des enveloppes vides, de jolies poupées manipulatrices et mauvaises. Non, la femme n’est pas mise à l’honneur dans ce livre.

Le bonheur

Selon l’auteur, position assez égoïste, le bonheur n’est qu’une suite de moments partagés avec les personnes qui croisent notre chemin. Pas d’amour éternel, pas d’attaches, nous sommes seuls au monde et c’est seul qu’il faut jouir de la vie.

Mon avis

Je n’ai pas apprécié ce livre, suite d’anecdotes sexuelles et sentimentales barbantes. On y parle finalement très peu de livres, on oublie souvent que notre personnage travaille dans l’édition. C’est d’ailleurs un fait presque anecdotique, lorsque le narrateur nous explique que les voyages sont gratuits et que ses repas au restaurant passent en notes de frais. Dommage. Je ne perds pourtant pas espoir et je relirai probablement un autre livre du même auteur connu et reconnu par ses pairs.

Et rien d’autre, James Salter, Editions l’olivier.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

James Salter

James Salter

Rendez-vous sur Hellocoton !

11 commentaires sur “« Et Rien d’Autre », James Salter

  1. Tant mieux! 🙂 Je suis impatiente de savoir ce que tu en penses, tu pourras peut-être m’éclaircir sur le style notamment. Je n’ai pas le courage de le relire mais comme tu le liras après avoir lu mon article, tu y feras peut-être plus attention.

  2. J’attendais tes recommandations pour me dénicher une nouvelle pépite mais apparemment cela ne sera pas celui-là…Je lis actuellement "L’ultime secret du Christ" du même auteur que " La Formule de Dieu" que j’avais adoré (j’ai plus attaché de l’importance au fond qu’à la forme bien qu’il soit bien écrit) mais je n’arrive pas vraiment à m’y plonger pour l’instant… Il est contraire à ma religion de ne pas finir un livre alors je vais le finir et peut être attaquer Les apparences!

  3. Oooh! Je viens de trouver "une dernière danse" de Hislop, ça se passe en Andalousie, à Grenade et ça parle de Garcia Lorca. Trois choses importantes à mes yeux. Ca devrait me plaire!

  4. Plus poétique et très original dans le style (bon je ne suis pas très douée en description de livres mais vraiment ils sont géniaux je trouve), Rosa Candida et Le Lièvre de Vatanen ! Désolée j’ai du poster mon commentaire en deux fois , ça a bugé je suis sur iphone c’est peut-être ça..

  5. Avec les cours je mets plus de temps à lire , entre le boulot , les amis et mon blog mais je pense que pour toi c’est pareil aussi alors c’est une mauvaise excuse ! J’ai pas mal lu tout de même cet été et pendant mon stage, tu as du entendre parler de Victoria Hislop et de son île des Oubliés et si tu ne l’as pas lu je ne peux que te le recommander! Le fil des souvenirs et super aussi ! Sinon Samarcande d’Amine Maalouf si tu t’intéresses un peu à l’Orient (ou pas d’ailleurs) est sublime aussi je trouve.

  6. Non, désolée, j’ai d’ailleurs du mal à trouver des pépites en ce moment. Beaucoup de livres sont fatalistes et pessimistes. Ca me plombe le moral! Je vais lire quelque chose de plus léger maintenant.
    Après un livre aussi sérieux que celui que tu lis, "les apparences" va te permettre de rebondir. Sûre que tu ne pourras pas le lâcher celui-là!

  7. J’hésitais à acquérir ce pavé, tu m’en dissuades quelque peu, loin des critiques visiblement assez prudentes des médias traditionnels, puisque tous les papiers que j’ai pu lire dans la presse sont élogieux… Cependant à te lire toi, et au vu de ma PAL, je pense reporter ce rien d’autre (pas assez ?) à plus tard !

  8. Ce sont les critiques qui m’ont menée à le lire mais, non, je n’ai pas accroché et le discours ne me plaît pas. Disons que cet esprit tentant à prôner l’égoïsme comme art de vivre me dérange. Je simplifie, bien sûr, le personnage principal voudrait trouver l’amour et partager avec l’autre mais se retrouve finalement dans le partage de moments furtifs; Tout reste superficiel, est-ce que l’autre ne mérite pas qu’on le (ou la) découvre en dehors de tout décor romanesque? C’est triste.
    (Je ne sais pas si c’est très clair… longue journée!)

commentaires