Après un an de shampooings bio: mon expérience

L’année dernière à la même époque, j’ai décidé, probablement influencée par la blogosphère, de passer aux shampooings bio. Ce que je pouvais lire des composants d’un shampooing ordinaire sur internet, m’effrayait. En effet, on peut lire sur internet que le sls, employé pour faire mousser le produit sur notre tête, était employé en pressing pour enlever les taches tenaces ou encore en mécanique, pour nettoyer les moteurs. On ne veut pas de ça sur notre tête n’est-ce pas? D’autant plus que la peau du cuir chevelu étant très fine, le produit entre directement dans le sang.

J’avais publié un article sur le sujet qui est d’ailleurs énormément lu, ce qui témoigne de l’engouement pour le sujet (ici).

Au début, avec mon premier essai du shampooing Khadi, j’ai été agréablement surprise: mes cheveux étaient doux et brillants mais l’effet n’a pas duré plus de deux semaines. Ils sont devenus impossibles à démêler (moi qui n’utilisais pas de démêlant malgré mes cheveux très longs) , à la fois gras et secs par endroit. J’ai fini par développer une allergie. Le haut de mon dos était recouvert de boutons. Une fois que j’ai compris que le responsable pouvait être mon shampooing qui m’avait donné tant de satisfaction au début, j’ai changé pour mon premier essai de shampooing Logona, celui au bambou. Même constat. Au début les cheveux sont doux et brillants puis ils deviennent impossibles à démêler et ne sont jamais complètement propres. Parfois, mes cheveux étaient gras et sales juste après le shampooing. (tests dans l’article ici)

Mais je n’ai pas abandonné, et je vous présente ici les trois autres shampooings bio que j’ai testé ensuite et l’après-shampooing qui a dû apparaître d’urgence dans ma routine avant que je ne m’arrache mes derniers cheveux!

TEST 3 et 4: Logona, verveine- Aloe Vera. BIOSEASONS, karité-Monoï.

L’odeur est à tomber. Je l’utilise encore parfois entre deux shampooings rien que pour cela. Je l’ai eu à prix très abordable dans un biocoop. Je vous laisse lire la composition mais tout semble bon dans ce shampooing. un peu trop de sulfate en tout genre mais comme chacun est reconnu inoffensif (jusqu’à maintenant et j’insiste sur ce point qui reviendra dans ma conclusion.), on peut foncer les yeux fermés ( ou presque…).

Même effet que les autres, au bout de deux semaines, les effets positifs disparaissent et j’ai toujours l’impression que mes cheveux sont mal lavés.

C’est à ce moment que j’ai introduit l’après-shampooing BioSEASONS au karité et Monoï, dès la première application, j’ai été insatisfaite. Les cheveux étaient gras malgré de longues minutes de rinçage (on repassera pour l’effet écologique du bio)

Après un an de shampooings bio: Mon expérienceAprès un an de shampooings bio: Mon expérience

Test 5: Urtekram, Aloe Vera

Je n’ai pas baissé les bras, il était hors de question pour moi de revenir aux produits ordinaires. J’ai donc testé Urtekram. Satisfaite du parfum Logona, j’ai choisi le parfum Aloe Vera. Déception totale sur ce produit. Je n’ai même pas eu les deux semaines de répit capillaire que j’avais eu jusque-là avec les autres shampooings. Après lavage, mes cheveux étaient plus gras et emmêlés qu’avant. C’est à ce moment-là que j’ai pensé revenir à une routine ordinaire et tant pis pour les éventuels dangers. C’était courir le risque ou continuer de m’arracher les cheveux jusqu’au dernier.

Après un an de shampooings bio: Mon expérience
Après un an de shampooings bio: Mon expérience

Test 6: Sante- shampooing brillance- orange et coco

Dans la même commande, j’avais pris ce shampooing recommandé par Les cheveux de Mimi et prometteur sur l’emballage, d’autant que j’adore l’odeur de l’orange et du coco. Malheureusement, l’odeur de l’orange est forte, synthétique et n’est pas si agréable. Ce shampooing lave un peu mieux que les autres mais laisse encore plus de noeuds. Il est inconcevable de l’utiliser sans après-shampooing et comme le mien était très mauvais…

Je pense le finir en l’utilisant ponctuellement entre deux shampooings.

Après un an de shampooings bio: Mon expérience
Après un an de shampooings bio: Mon expérience

Bilan

Tous ces shampooing étaient irréprochables du point de vue de la composition. J’ai passé des heures à lire les étiquettes et le blog « les cheveux de Mimi », une référence en la matière.

Mais mes cheveux n’ont pas supporté. Au bout de quelques mois de cheveux jamais complètement propres (malgré la dose que je mettais), des pellicules sont apparues, mes cheveux sont tombés et j’ai finalement fait couper mes longs cheveux qui étaient incoiffables. Puis, si nous savons aujourd’hui que certains composants utilisés dans les shampooings de consommation courante sont dangereux, avons-nous assez de recul pour savoir ce qu’il en est des composants qui les remplacent actuellement en plus grande quantité dans les shampooings bio?

J’ai laissé de côté le silicone mais j’ai réintroduit le sls présent dans mon shampooing ducray recommandé par les dermatologues. Puis j’utilise l’après-shampooing Phyto à la kératine sans silicone mais bourrés d’autres mauvaises choses. Je me dis que comme je ne l’utilise que sur les pointes, les produits n’entrent pas dans mon corps.

J’ai également commencé une cure d’anacaps, complément en fer et vitamines afin de renforcer mes cheveux qui sont sortis très fatigués de cette année de tests.

Ce passage par la case bio et catastrophe capillaire m’a tout de même permis de me rendre compte du danger d’autres techniques sur les cheveux. Ainsi, j’en ai fini du balayage hivernal pour garder les reflets de l’été et j’ai essayé récemment le soin profondeur de biocoiff. C’est assez cher et l’effet n’est pas spectaculaire pour le moment mais je vous en reparlerai peut-être bientôt.

Après un an de shampooings bio: Mon expérience

Ce premier article datant de l’année dernière pourra peut-être vous intéresser:

En quête du bon shampooing: sans silicone et sans sls

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires sur “Après un an de shampooings bio: mon expérience

  1. J’ai été comme toi. Comme je n’utilise que des cosmétiques bios pour la peau, j’ai eu envie de tester pour les cheveux. Une catastrophe et malgrè tous les produits utilisés.
    Mes cheveux se mettent en boule dès qu’ils voient du shampoing bio et refusent d’être coiffés.
    J’en ai même fait un billet sur mon blog 🙂

    Alors tant pis pour les cochonneries, mais entre mes cheveux et la bio j’ai choisi.
    Par contre, pour tout le reste, corps et visage, c’est bio la plupart du temps !

  2. Ah! Je suis contente que quelqu’un confirme mon expérience et j’aurais voulu trouver ton article durant cette année. C’est que je suis têtue!
    J’utilise les huiles végétales pour e visage et le corps que je complète de temps en temps avec une crème hydratante de pharmacie et basta

  3. Je suis allée me mettre à jour, n’ayant pas lu ton dernier article sur le sujet. Comme toi j’ai été un peu préoccupée par ce sujet il y a quelques temps même si je suis allée beaucoup moins loin. Je voulais surtout supprimer le silicone. J’ai opté pour le Low Poo d’yves rocher qui ne contenait ni sulfate ni silicone. Comme je le disais je ne voulais pas spécialement du bio juste plus de silicone. J’ai bien aimé ce produit mais le fait qu’il ne mousse pas me stressait un peu avec mes cheveux longs, j’en mettais des tonnes pour être sûre de bien en mettre partout et j’ai donc fini par reprendre le sulfate ( ce que tu appelles le sls non?). J’ai publié un article au sujet du low poo si jamais tu veux avoir mon impression développée.

    Toujours dans ma lutte contre le silicone j’ai opté pour le I Love my Planet d’Yves rocher. Cette fois ci il moussait, je n’ai rien publié à ce sujet mais il était parfait. Pour l’été surtout où je savais que j’allais me laver les cheveux souvent, je ne voulais pas d’un truc trop agressif ou qui les fasse trop vite regraisser. Là j’avoue que je n’ai pas eu le temps d’aller chez Yves Rocher (j’essaye d’apprendre à me repérer dans Bordeaux :p) et j’ai mis la main sur un shampooing classique , en plus je suis passée chez la case coiffeur (bourrés de silicone sur le coup).

    Voilà Yves Rocher ce n’est pas bio je sais mais je voulais pouvoir le trouver facilement et payer 10€ pour un shampooing ce n’est pas envisageable pour moi, surtout que je n’ai pas de problème particulier à traiter si ce n’est de ne pas vouloir les faire regraisser trop vite..

Les commentaires sont fermés.