Exposition Bill Viola- Grand Palais

Je n’avais jamais vu d’expo vidéo pour le moment et bien que je me méfie toujours de l’art contemporain, je suis allée voir l’exposition de Bill Viola au Grand Palais puisque l’occasion se présentait.

D’abord, je vous conseillerai de vous renseigner sur Bill Viola avant d’y aller puisque, malgré les 13e d’entrée, le Grand Palais se paye le luxe d’une exposition sans aucune explication si ce n’est quelques catalogues disposés, sans rire, dans des salles noires et sans éclairages!

Comme à mon habitude, j’ai préféré appréhender l’oeuvre toute seule et me renseigner après afin de comparer le message que j’ai capté et le message « diffusé » et avouons finalement que c’était la partie la plus distrayante de l’exposition.

Attendez-vous également à quelque chose de très lourd , rien de léger chez Bill Viola.

Chose étonnante à noter, pour vraiment voir où Bill Viola veut en venir, il faudrait y passer plus de 30 h! Puisque chaque film dure plus de 30 minutes et qu’il n’y a pas moins de 50 écrans. Rendez-vous compte! Cette expo est donc basée sur un dysfonctionnement puisqu’elle dure plus longtemps que les heures de visites. Même pour les fans absolus, impossible d’apprécier réellement le travail effectué sur chaque montage.

Vous l’avez compris, je n’ai pas accroché à la dite « poésie » de ses vidéos qui fonctionnent comme un cheminement à travers des interrogations métaphysiques sur la vie et la mort. Je n’ai pas non plus accroché à la vidéo tout court et je n’ai pas bien saisi la portée des mises en scène « actualisées » d’oeuvre de Goya ou de Jérôme Bosch.

Si jamais vous voulez vous y aventurer, surtout, ne commettez pas l’erreur d’y amener vos enfants. Ce n’est pas du Walt Disney!

Un tour rapide de l’expo

Le plus facile: deux écrans se font face. L’un représente un bébé, l’autre une vieille femme.

Le plus angoissant: le choix est difficile mais je dirais, cet homme en gros plan figé qui d’un seul coup reprend sa respiration et résonne dans la salle voisine qui représente, par superposition d’écrans, une femme dans une forêt la nuit puis, en superposition, un homme qui ressemble étrangement à Dexter, vous connaissez? étouffant.

Le plus christique: probablement la représentation du tableau de Jérôme Bosch, une passion en action ralentie qui met l’accent sur l’expression des acteurs.

Exposition Bill Viola- Grand PalaisExposition Bill Viola- Grand Palais

Le plus poétique: L’image parle d’elle-même…

Exposition Bill Viola- Grand PalaisExposition Bill Viola- Grand Palais

Sensible aux mains et à ce qu’on peut y lire de poésie, j’ai également beaucoup apprécié ces quatre « tableaux vidéos » représentant des mains aux différents âges de la vie.

Ce que j’ai préféré: dans une salle, un écran diffusant l’image d’une personne endormie, posé sur une commode à côté d’une lampe de chevet et d’un réveil. Toutes les minutes, une image fugace et effrayante est diffusée sur les quatre murs de la pièce comme une étude imagée du fonctionnement des rêves.

Exposition Bill Viola- Grand Palais

Une fois de plus, je ne félicite pas le Grand Palais qui glisse trop souvent dans la facilité et l’appât du gain (d’ailleurs, merci à Kusmi Tea de donner un peu plus à la caisse du Grand Palais en tant que sponsor numéro 1… ).

A quand le jour où ils arrêteront de -trop- prendre les visiteurs pour des porte-monnaies?

Le Grand Palais, exposition Bill Viola jusqu’au 21 juillet 2014.

métro Champs-Elysées-Clémenceau.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Rendez-vous sur Hellocoton !

11 commentaires sur “Exposition Bill Viola- Grand Palais

  1. Pour ma part, cette absence d’explications ne m’a pas dérangée (et d’ailleurs, le catalogue est très peu bavard, il n’apporte pas grand chose). Peut-être parce que c’est un travail qui appelle plus à la sensibilité qu’à l’intellect ? Ce que tu dis sur le temps est très vrai. Pour ma part, j’y suis allée plusieurs fois pour profiter des vidéos du début à la fin !

  2. Exactement! Il m’ arrive souvent d’aller me documenter après une exposition sur certains aspects évoqués lors de l’expo et que je ne connaissais pas.

  3. Là dessus, je suis bien d’accord avec toi ! Pompidou fait généralement bien les choses.
    Après, je pense qu’une expo peut aussi donner envie de se documenter, de rechercher par soi même. C’est d’ailleurs le propre des bonnes expos de donner envie d’aller plus loin !

  4. Je ne sais pas… effectivement, on sait tellement de choses sur l’art de Delacroix qu’il y aurait plein de choses à dire mais par définition, chaque artiste porte un message. Je ne peux pas croire que les heures de bobines ne sont pas porteuses de sens qu’il serait bon d’éclairer. Puis l’art de Bill Viola s’inspire de sa vie. Incroyable de ne pas avoir d’explication. Là-dessus, on est d’accord.
    C’est vrai aussi que le côté mise en scène à quelque chose de plus ludique qui fait que tout le monde s’y retrouve mais bon…j’aurais aimé aller plus loin et cette expo ne le permet pas.
    Je suis toujours déçue par le grand palais. Ils ont toujours un nombre de pièces impressionnant mais ça s’arrête là. Je préfère nettement les expos du centre Pompidou, bien mieux "pensées" et documentées.

  5. C’est malheureusement le cas de beaucoup d’expositions ! La médiation est un des éléments qui passe le plus souvent à la trappe. Je suis d’accord avec toi, le Grand Palais ne fait pas beaucoup d’efforts dans ce sens. Je ne sais pas si tu étais allée voir Hopper mais c’était pire que tout. Alors, effectivement, il faut y aller avec son bagage culturel et quelques lectures… Mais je trouve qu’un Bill Viola reste plus facilement "compréhensible" par un public qui n’a pas de culture artistique qu’un Delacroix par exemple. Peut-être parce que les références de Viola ne sont pas si subtiles que cela…

  6. Il est vrai que je n’aurais pas dû employer le nom "musée" en parlant du Grand Palais, excuse-moi. Je vais tenter d’être plus précise. Le Grand Palais accueille énormément de monde chaque année lors des expositions qu’il nous présente et, comme en témoigne d’ailleurs le commentaire de julytoseptember, tout le monde n’a pas les connaissances suffisantes pour comprendre les mises en scène inspirées de tableaux plus ou moins connus. Même si tu te bases sur le ressenti, c’est quand même un élément non négligeable. Puis, tout le monde ne connaît pas Bill Viola, sa vie et son oeuvre (l’un et l’autre se répondent) et on ne peut pas compter sur cette exposition pour nous donner ces éléments de base qui pourraient nous aider à comprendre l’artiste et son oeuvre. C’est dommage mais c’est un minimum que n’a pas fait le Grand Palais. Il me semble important que le public sache à quoi s’attendre. Une expo pour ressentir mais pas une expo pour apprendre. Pour cela, il faut se documenter avant ou après.

  7. La carte Sésame Jeunes.

    Le Grand Palais n’est pas un musée ! Il n’a pas de collections permanentes. Quant au public qui visite sans guide, il n’est pas si divers que ça : parisiens, touristes, quelques personnes de région qui font le détour. Sinon, il y a des visites guidées pour les autres. Mais à partir du moment où le catalogue est indigent, comment veux-tu que soit mise en place une médiation intelligente.

  8. Il y a une partie qui fait appel à la sensibilité du visiteur, je suis d’accord mais il ne faut pas oublier que Bill Viola puise son inspiration dans d’autres oeuvres et tous les visiteurs ne sont pas forcément capables de voir les allusions et les reprises, je trouve cela assez incroyable de la part du Grand Palais qui est un musée qui accueille un public très divers. Ca n’aurait pas coûté grand chose de donner une phrase d’explication.
    A 13e l’entrée, encore une fois, tout le monde ne peut pas y retourner malheureusement pour réellement profiter de tous les montages exposés. Toi, tu as eu cette chance, as-tu un pass?

  9. J’ai une amie qui avait fait une "expo" l’année dernière et pour 14€ l’entrée elle devait rajouter une fois à l’intérieur pour certaines attractions (ce n’était pas vraiment une expo mais je ne sais plus le nom, un truc en rapport avec l’été). En règle générale, sans explications j’ai du mal avec les expositions, je ne suis pas assez calée sur l’art pour ça et j’aime bien comprendre le contexte, ce qu’a voulu dire l’auteur etc… C’est pour ça que je préfère la littérature ou le cinéma, dans lequel un novice peut plus facilement se plonger et s’initier selon moi! Mais l’expo Dries Van Noten est très belle (et expliquée:))

  10. Surtout vu le prix c’est sûr…Le Grand Palais se repose un peu sur sa notoriété visiblement. Après ce serait mentir que de dire que je cours les expos chaque week end 🙂 Aucun rapport mais je voulais te demander (il ne semble pas que tu l’aies mentionné) : quel est ton livre préféré (si tu en as un)? C’est peut-être un peu indiscret mais j’aime savoir les goûts littéraires de gens et vu que c’est l’un des sujets de ce blog 😉

  11. Oui, c’est vrai que j’aime bien "deviner" ce qu’a voulu faire passer l’artiste, là en l’occurrence c’était même distrayant parce que je me suis aussi amusée à reconnaître certains tableaux classiques dans ses mises en scène, mais ne serait-ce que devoir attendre de sortir pour vérifier, je ne trouve pas cela normal et je pense aux autres qui viennent aussi dans un musée pour "apprendre"… c’est dommage. Mais ce n’est pas la première fois que le Grand Palais me déçoit dans son rapport aux visiteurs (d’ailleurs, j’ai envie d’écrire "aux clients" !)

commentaires