L’exposition Paris 1900- Petit Palais

Durant les vacances, j’ai eu l’occasion de faire nombre d’expositions et de musées avec mes amies lyonnaises qui sont venues me voir à Paris. Je pense que je n’aurai pas l’occasion ou le temps de toutes vous les relater. J’arrive un petit peu après la bataille en vous parlant de l’exposition « Paris 1900 » puisqu’elle a pris fin le 17 août dernier mais je tenais pourtant à en conserver une trace sur mon blog parce que c’est une des expositions que j’ai préférée cet été.

Voilà donc mon petit récit.

jeudi 14- 17h: nous arrivons au Petit Palais sous une pluie battante. Deux heures de queue sont annoncées et le musée ferme avant 21h malgré la nocturne. On repassera.

Samedi 16- 13H30: On nous annonce 2h de queue, il faudra finalement attendre 3h pour avoir la chance d’acheter notre billet. Les salles sont vidées à 17h30, il faut se presser. Ce que je ne supporte pas. J’aime prendre mon temps, m’arrêter devant des oeuvres qui me parlent plus que d’autres.

Malgré cela, l’exposition est très intéressante, bien documentée et bien construite. Tout commence avec la présentation de l’exposition universelle de 1900. On explique alors la construction précipitée de la ligne 1 à cette occasion et qui traversera tous les lieux à « visiter »

Les entrées de métro Art Nouveau dessinées par Hector Guimard décriées à l'époque

Les entrées de métro Art Nouveau dessinées par Hector Guimard décriées à l’époque

Souvenirs et plans de l'Exposition Universelle 1900

Souvenirs et plans de l’Exposition Universelle 1900

Nous passons ensuite dans une salle qui montre l’influence de l’Art Nouveau à cette époque de l’Histoire dans le mobilier, la sculpture, les bijoux. L’Art Nouveau se caractérise par une influence du végétal, de la nature et des lignes sinueuses.

Je découvre à cette occasion que Sarah Bernhardt sculptait.

sculpture de Sarah Bernhardt
sculpture de Sarah Bernhardt
sculpture de Sarah Bernhardt

sculpture de Sarah Bernhardt

Nous passons ensuite dans une salle remplie d’oeuvres d’art qui ont marqué l’Histoire. Beaucoup sont des témoignages de la façon de vivre de l’époque, de la situation politique. Je n’ai malheureusement pas de photographies puisque c’est le moment où le musée a décidé de faire entrer un maximum de personnes d’un seul coup. Nous étions donc très à l’étroit et j’avoue avoir baissé les bras, absorbée par ce que les toiles et les sculptures me racontaient.

Pour nous plonger un peu plus dans l’époque, suivait une salle réservée à la mode et aux parisiennes. A cette occasion, nous avons pu apprendre la signification du mot « midinette » qui fait référence aux couturières qui mangeaient au travail le midi, débordées par leurs tâches.

Les chaussures ainsi que les fameuses bottines dont raffolaient les parisiennes

Les chaussures ainsi que les fameuses bottines dont raffolaient les parisiennes

Robe d'époque

Robe d’époque

article d'époque sur "la parisienne"

article d’époque sur « la parisienne »

Puis, ce fut également l’occasion de découvrir le visage de Paris la nuit qui commençait tout juste à ne plus effrayer mais, au contraire, à amuser. Mais Paris la nuit, c’est également la prostitution… Albert Brichaut dénonçait les conditions de vie des prostituées cachées derrière les apparats des maisons closes. Derrière un travail artistique annoncé, le photographe travaillait avec la Police des moeurs.

Albert Brichaut- Prostitution

Albert Brichaut- Prostitution

Enfin, l’exposition finie en beauté avec la dernière salle portant le nom de « Paris en scène » qui revient sur le théâtre et sa grande star de l’époque Sarah Bernhardt ainsi que sur sa collaboration avec Mucha bien sûr, mais aussi sur les parisiens qui se mettaient en scène à chaque sortie.

Sarah Bernhardt jouait souvent des rôles masculins. Lorsque Mucha la dessine pour la représentation de Lorenzaccio, l’actrice tombe amoureuse du travail de Mucha et de cette oeuvre particulièrement qu’elle utilisera pour se présenter aux Etats-Unis.

Portrait de Sarah Bernhardt par Mucha lors de la représentation de Lorenzaccio

Portrait de Sarah Bernhardt par Mucha lors de la représentation de Lorenzaccio

La société de Paris 1900 en scène

La société de Paris 1900 en scène

On pense au Paris conté par Proust. Un Paris tellement loin du nôtre aujourd’hui!

Que contiendrait une exposition Paris 2000, d’après vous?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rendez-vous sur Hellocoton !

commentaires