« Frankie Addams » de Carson McCullers: Quel roman pour mieux vous connaître?

L’histoire

Frankie Addams est une adolescente de douze ans qui trouve le temps bien long dans sa petite ville des Etats-Unis. Cet été, Frankie s’est fait exclure du groupe de filles auquel elle appartenait. Elle grandit, change et se transforme mais autour d’elle, rien ne bouge si ce n’est peut-être le mariage annoncé de son grand frère.

Le huis-clos

Pratiquement tout le livre se passe dans la cuisine. Les personnages attendent. Oui, mais quoi? un événement qui viendrait bousculer leur quotidien? La vie ou un sens à donner à celle-ci.

Si la narration et les descriptions n’étaient pas aussi riches et travaillées, nous pourrions penser à une pièce de théâtre de Beckett. En attendant…

L’adolescence

Je ne sais pas si je recommanderais ce livre à un adolescent. Probablement pas car il n’aurait pas le recul nécessaire pour comprendre à quel point ce livre est juste. Puis, de par sa folie, Frankie n’est pas vraiment un modèle d’identification pour les ados. Quelques années après peut-être.

Frankie Addams grandit très vite mais sa vie n’est plus en accord avec ce bouleversement du corps. Frankie s’ennuie et attend la vie, la vraie. Elle attend de pouvoir quitter cette ville où rien ne se passe.

« La rue était comme assoupie, et les voitures elles-mêmes, garées de biais, le capot contre la bande de gazon, paraissaient endormies, épuisées de chaleur »

Pour cela, une occasion se présente à elle: le mariage de son frère. C’est décidé, elle partira vivre avec lui et sa future épouse, entre ces deux êtres qui éveillent chez elle une envie mêlée de dégoût.

Peut-être est-ce mon enfance en Normandie, mais à douze ans, je partageais, avec mon amie et avec le personnage de ce livre, cette attente que cette période de la vie où nous ne sommes pas tout à fait maîtres de nos décisions prenne fin. Etre adulte, c’était être libre, libre de provoquer les événements et ainsi de vaincre l’éternel ennui de l’adolescence.

La vacuité et l’ennui

Le vide de l’existence, c’est ce dont souffre notre adolescente mais pas seulement, les personnages qui l’entourent également. Bérénice, femme de maison qui campe dans la cuisine souffre également de ce mal:

« Tous on est comme des prisonniers. On vient au monde dans un endroit ou dans un autre et on ne sait pas pourquoi. Mais on est quand même prisonniers. Moi, je suis née Bérénice. Toi, tu es née Frankie. John Henry, il est né John Henry. Et peut-être qu’on voudrait s’évader et être libre. Mais on a beau faire, toujours on reste prisonnier.(…)Moi et Ludie, par exemple, je me sentais pas vraiment prisonnière. Et puis Ludie est mort. Alors on essaie une chose ou une autre mais on est quand même prisonnier. »

Ne sommes-nous pas toujours prisonniers de quelque chose alors même que nous paraissons libres aux yeux des autres? Prisonniers de nos désirs et de nos rêves, prisonniers de notre solitude…

Le style

Le livre est court mais la lecture n’est pas simple parce qu’à force de faire sentir l’ennui de l’adolescente à son lecteur, celui-ci aurait tendance à s’échapper de la lecture. L’écriture est parfaitement maîtrisée, le vocabulaire riche, les phrases « lourdes » de sens:

 » Ce dernier des après-midis passés dans la cuisine s’achevait enfin. »

Chaque description assène le propos de l’auteur, chaque phrase s’étend et s’étire comme le temps de cet été adolescent. C’est un bel exercice de style mais qui alourdit trop la lecture à mon goût.

Conclusion

Si mon amie Anne-Sophie devait écrire un livre, c’est sûr, il ressemblerait à celui-ci. Jusque dans le style très proche du sien; mais également dans le thème choisi qui équivaut à un retour sur soi et à une analyse fine de ce qu’on a été et de ce qu’on est devenu; dans les interrogations existentielles enfin.

Cette lecture m’a confirmé que je ne me trompais pas sur ce qu’était Anne-Sophie.

Et vous, si vous deviez me recommander un livre qui m’aiderait à vous connaître, lequel serait-il?

Frankie Addams, Carson McCullers, éditions le livre de poche.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Rendez-vous sur Hellocoton !

16 commentaires sur “« Frankie Addams » de Carson McCullers: Quel roman pour mieux vous connaître?

  1. Intéressant comme démarche! Le sujet a l’air, lui aussi, intéressant mais j’essaye d’éviter les romans qui flirtent avec l’ennui ou avec des personnages qui s’ennuient un peu trop…Généralement ça devient contagieux. Moi ça serait un roman anglais du 19ème siècle sans aucun doute… Je ne sais pas pourquoi mais que ce soit les films ou les livres j’ai toujours ADORE ça. Donc Jane Austen (je ne sais pas si tu as déjà vu Becoming Jane, je ne sais pas si c’est un très bon film et je sais qu’il n’est pas totalement fidèle à la réalité mais je ne m’en remets toujours pas) et les soeurs Brontë. J’ai découvert Jane Eyre il y a un an et que ce soit le film ou le livre ça a été un vrai coup de coeur au point que je l’ai relu et revu! Sinon Belle du Seigneur … (le film est désastreux lui). Ce qui ressort de tout ça c’est que j’ai un côté fleur bleue et tragique me semble t-il ahaha 🙂 C’est marrant je ne connais pas du tout ton livre préféré!

  2. Excuse-moi, j’ai oublié de répondre à ta question! Récemment, mes amis m’ont offert beaucoup de jolis carnets pour mon blog! Du coup, je ne me suis pas penchée sur la question. Mais si tu as un budget serré, tu connais sûrement la boutique Hema des halles? Il y en a une autre à Ledru-Rollin. Tu peux en trouver de très jolis au BHV aussi, mais si je fais une découverte, je te le dirai! 😉

  3. Je trouve que c’est une bonne alternative pour celles qui ont envie d’écrire mais qui n’ont pas/plus forcément l’inspiration pour 🙂 Quand j’étais petite je voulais être écrivain et journalistes et j’avais écrit quelques nouvelles, finalement ça m’avait manqué d’écrire même si mon blog est loin d’avoir un caractère aussi littéraire que le tien! Je cherche un joli grand carnet pour écrire mes "pensées du jour", tu as des idées?

  4. 🙂 Il y a quelques années, je m’amusais à griffonner mais rien de sérieux. Puis, j’ai vécu des choses qui ont pris le pas et étouffer mon imagination et mon envie d’écrire. Je ne me sens pas encore capable de recommencer aujourd’hui. Mais j’ai le blog 😉
    (paf: paysage audiovisuel français)

  5. paf? Simple question, tu as déjà pensé à écrire un livre? il est possible que tu es déjà répondu à cette question mais si c’est le cas je n’ai pas vu la réponse 🙂

  6. malheureusement, je ne le connais pas personnellement. Il était déjà étudiant à Paris lorsque j’étais au lycée, j’en entendais juste parler par sa soeur. Mais c’est déjà intéressant de suivre l’évolution d’un auteur qui est parti du même point que nous (même endroit, même esprit) et qui se retrouve rédacteur au point, écrivain et personnage du paf (que je n’affectionne pas mais enfin bon) Il touche un peu tous les milieux du coup, c’est assez admirable.

  7. Je n’ai pas du remonter assez loin je prends note! Ça doit être super de connaître personnellement (ou un peu du moins) un auteur qu’on affectionne! Je lirai tout ça demain 😉

  8. Généralement, lorsque je lis un livre, je suis toujours déçue par le film qui prend des raccourcis évidemment… Le XIX ème siècle est aussi mon siècle de prédilection. J’aime l’audace des écrivains de l’époque.
    Notre époque littéraire est résolument pessimiste, je m’en rends compte avec les derniers livres que j’ai lus.
    "Plonger" fait un constat de notre époque mais reste dans l’action et dans les sentiments, finalement dans l’espoir. En ça il me ressemble ! Je suis Christophe Ono-dit-biot (tu as dû le voir sur canal) depuis le début car c’est le frère d’une copine de lycée et c’est vraiment son meilleur livre.

  9. C’est une question très difficile que tu poses là… Il y a quelques années je t’aurais répondu sans hésiter "le jardin secret" mais j’ai oublié l’auteure (honte à moi) et je ne suis pas sûre qu’il me correspondrait encore à la relecture aujourd’hui.
    Mais ce que tu dis du style me parle : parfois les auteurs parviennent tellement à rendre ce dont ils parlent, que si ce dont ils parlent est un sentiment peu agréable le livre rend cette sensation alors même que l’exercice est parfaitement réussi… du coup on en ressort partagé entre le génie et la déception. Mais je ne suis pas sûre d’être super claire 🙂

  10. Je viens d’aller voir plonger sur babélio, il faut que je lise les avis pour me faire une idée parce que la 4eme de couv ne me tente pas.
    Pour tyneford, ce n’est pas tant un personnage qui me ressemble que des sentiments de l’héroïne que j’ai ressenti et deux personnages masculins qui me rappellent ceux qui m’ont fait ressentir ces sentiments.
    Dis-moi si ce n’est pas clair, je regarde la grande librairie en même temps que je te parle, ce qui me distrait un peu^^

  11. "Plonger" est quand même un bon reflet de ce que je peux ressentir et penser et même de ce que j’ai pu vivre. Non, je n’ai pas lu ce livre? Est-ce qu’il y a un personnage qui te ressemble particulièrement?

  12. Ouf tant mieux alors^^
    Tout dépend de ce qu’on entend par "correspondre" mais en effet tout dépend des périodes de nos vies, nos vécus, notre évolution, etc… en ce moment je conseille à tout le monde "le manoir de tyneford" que j’ai adoré autant pour son contexte historique que pour ses personnages : Tu connais peut-être natasha solomons ? Je trouve que ce livre a tout pour me satisfaire, l’as-tu lu ?

  13. En tout cas, tu es parfaitement claire pour moi! Je cherche toujours un livre qui pourrait me correspondre. Tout dépend des périodes de ma vie. Ces dernières années, sans hésiter "plonger" de Christophe Ono-dit-biot

commentaires