« La Fortune des Rougon »- Emile Zola

« La Fortune des Rougon »

C’est toujours délicat pour moi de parler d’Emile Zola. Il y aurait tellement de choses à dire. Un de mes tout premiers articles lui était consacré ( ici ) et je me souviens de la frustration ressentie au moment de l’écriture. L’insatisfaction de n’avoir pas dit assez sur cet auteur que j’apprécie tant.
Au programme de l’agrégation cette année, le premier tome des Rougon-Macquart, « La Fortune des Rougon ». Que de souvenirs à me replonger dans l’histoire de ces deux familles que j’ai suivies avec assiduité et délectation pendant deux ans lorsque j’avais vingt ans!
L’Histoire
Les insurgés républicains se rassemblent à Plassans contre les Bonapartistes. Silvère et Miette, deux jeunes amoureux rejoignent la foule.
Pierre Rougon, l’oncle de Silvère profite de ce soulèvement pour tirer son épingle du jeu.
Le roman des Origines
Ce premier roman constitue le premier tome du projet d’Emile Zola qui consiste à étudier l’hérédité à travers le récit des aventures des membres d’une même famille.
Adélaïde Fouque, l’aïeule, a eu un enfant légitime avec son premier époux, le robuste paysan Rougon. Un an après, elle est enceinte de son amant, l’alcoolique Macquart. De ces deux liaisons naîtront donc Pierre Rougon, Antoine Macquart et Ursule Macquart.
Ce roman est primordial pour la suite car il annonce déjà toutes les tares que portent en eux les premiers membres de la famille. Il nous permet aussi de comprendre comment les deux familles prennent définitivement des voies radicalement différentes.
Le couple Silvère-Miette
Dès le début, nous comprenons qu’une menace pèse sur le couple qui, du début à la fin, est associé à l’amour et à la mort. Un cimetière est d’ailleurs le lieu privilégié de leurs rencontres. C’est lui qui est témoin de leur amour. L’amour de Miette (=Marie) et Silvère est magnifiquement décrit. Un amour de jeunesse, pur, fort et innocent. Silvère et Marie, c’est aussi la rencontre de Eros et Thanatos; la pulsion de mort de cette triste journée face à la pulsion de vie de la jeunesse envieuse de découvrir l’amour.
« Ce fut par cette noire et froide nuit de décembre, aux lamentations aigres du tocsin, que Miette et Silvère échangèrent un de ces baisers qui appellent à la bouche tout le sang du coeur. »
La fortune dans le sang
Enfant se sentant plus légitime que les autres, Pierre Rougon nourrit une haine féroce contre les propres membres de sa famille. Seule compte pour lui sa revanche par le pouvoir et l’argent et Félicité, son épouse au nom prédestiné va l’y aider. Pour cela, ils seront capables du pire.
Un roman historique
A l’époque où Zola écrit ce roman et fait le projet d’écrire la série, Louis Napoléon Bonaparte est encore au pouvoir. Un pouvoir qu’il conserve grâce au coup d’état du 2 décembre 1851.
Ici, la prise du pouvoir par la machination est reproduite en petit format. Plassans est la France et Rougon est Louis Napoléon Bonaparte. On peut donc saluer l’audace de Zola qui s’est servi de ses meilleures armes, les mots, pour dénoncer.( et c’est pour cela, entre autres traits de personnalité, que je l’admire!)
Cependant, on ne retient pas cela de lui car l’année de la parution, Louis Napoléon Bonaparte perd le pouvoir suite à sa défaite à Sedan contre les Prussiens. Ce qui devait être une arme contre le pouvoir abusif deviendra donc une simple chronique du Second Empire, ce qui n’est déjà pas si mal!
Mon avis
Je crois que vous l’avez compris tout au long de l’article, je ne peux que vous conseiller « La Fortune des Rougon » pour son humour, son audace, sa dimension historique et sociale mais surtout, poétique.

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires sur “« La Fortune des Rougon »- Emile Zola

commentaires