« Le Portrait de Dorian Gray » de Wilde ou la Tentation de la Version Non Censurée

J’avais déjà lu « Le Portrait de Dorian Gray » d’Oscar Wilde, pendant mes études et j’avoue que je n’en avais qu’un vague souvenir quand mon amie m’a fait de l’oeil avec sa version non censurée.

L’Histoire

Effrayé par la peur de vieillir, Dorian Gray fait le voeu de l’ éternelle jeunesse, seul son portrait vieillira et gardera les stigmates de sa vie dissolue et de ses péchés.

La Censure

Oscar Wilde a été mis en prison pour avoir vécu ce que son personnage vit dans le texte. Encore aujourd’hui, dans la plupart des éditions, tous les passages qui réfèrent à l’homosexualité ont été coupés. Malgré ces coupes, l’oeuvre fait toujours scandale car le lecteur comprend bien de quoi il retourne. La collection « Les Cahiers Rouges » de Grasset, nous offre la version non censurée.

Un Roman Fantastique

Un élément irrationnel vient perturber la vie paisible du jeune Dorian. Le Portrait (avec une majuscule dans le texte) est personnage principal au même titre que le jeune Dorian.

De l’Intrigue

Toutes les personnes que croise Dorian finissent au rang de paria, déshonorés, ils sont exclus de la société ou bien encore, se suicident. Ces morts, Dorian en est coupable mais il s’en lave les mains. Du suicide de la seule femme qu’il a cru aimer, Dorian se félicitera d’avoir fait de sa vie la plus belle des tragédies. L’art avant tout.

La Quête de l’éternelle jeunesse

Il est assez difficile de parler de cette oeuvre tant elle brasse de thèmes différents. Je commence donc par l’évidence: Dorian est un jeune Narcisse, obsédé par lui-même, malade à l’idée de vieillir, ce qui va l’amener à émettre le souhait fatal. Seulement, il ne pourra échapper à son véritable reflet puisque son portrait, qu’il hait tellement, vieillit, lui. Ce n’est pas tant l’image de plus en plus éloignée de son apparence physique qu’il déteste mais la vieillesse elle-même et son âme impure. Dans, « Le Portrait de Dorian Gray », la vieillesse physique est indissociable de la vie que l’on décide de mener. Ainsi, si l’âme est laide, le personnage l’est aussi.

L’Amour vite écarté

Au début de l’oeuvre, Dorian tombe fou amoureux d’une actrice. Il veut l’épouser. Quoi de plus fantastique que d’épouser de multiples femmes en une seule? Mais voilà, Dorian est plus amoureux de la Juliette de Shakespeare que de Sybil Vane. Qu’importe, il l’admirait pour son talent et vit comme une tromperie et une horrible honte la mauvaise performance de celle-ci. Il annule alors le mariage et la traite avec mépris et méchanceté. L’amour est un leurre, presque toujours décevant. L’auteur semble suggérer que nous n’aimons que les qualités de l’autre, si ces qualités disparaissent l’amour s’évanouit instantanément.

L’Art

Que se soit Basil Hallward, le peintre qui a atteint le beau avec le portrait qu’il a fait de Dorian ( beauté qui retrouvera son caractère éternel) ou Dorian Gray qui transcende la mort de Sybil afin d’en faire la plus belle des tragédies, la recherche du beau est un thème récurrent. En atteignant la perfection, inspirée par l’amour qu’il a pour Dorian, Basil va déclencher la machine infernale; il révèle à Dorian sa beauté:

                            « Le sentiment de sa propre beauté lui était venu comme une révélation. Il ne l’avait jamais éprouvé             auparavant. les compliments de Basil Hallward ne lui avaient semblé être que les exagérations. »

Quant à Dorian, sa recherche de l’art consiste à faire fi de toute morale car « Le vice et la vertu sont pour l’artiste les matériaux artistiques de son art. »

Le Bien et le Mal

« Le Portrait de Dorian Gray » interroge, bien sûr, la notion de bien et de mal. Le personnage principal est déroutant par son absence totale de culpabilité. Il ne reconnaît jamais son implication dans les drames, ou bien ne s’en préoccupe guère mais son portrait le rappelle à l’ordre. On ne peut pas avoir l’âme si sombre et faire autant de mal autour de soi impunément.

Pour ce qui est du procès en immoralité qu’a reçu l’oeuvre à sa sortie, Wilde s’en défend très bien: « Il n’existe pas de livre morale ou immorale, un livre est bien écrit ou mal écrit, c’est tout. »

Il s’agissait bien plus alors du procès de l’homosexualité sous-jacente que de celui de la moralité de l’oeuvre elle-même.

Le Style

Cela reste une traduction mais je trouve le style d’Oscar Wilde accessible à tous et pourtant, cela ne réduit en rien son art des phrases cinglantes et qui vont droit au but, comme des aphorismes.

Mon Avis

Je connaissais déjà l’histoire, la version non censurée m’a permis de confirmer ce que je savais déjà: il fallait bien peu de choses alors pour être accusé d’immoralité. Heureusement, pour certaines choses comme celle-ci, la partie du monde dans laquelle nous vivons a évolué positivement. Il faudrait alors que toutes les maisons d’éditions proposent cette version. Cela ne serait que justice.

« Le Portrait de Dorian Gray »-Version non censurée- Les Cahiers Rouges de Grasset

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

commentaires