« L’Ombre du Vent » de Carlos Ruiz-Zafon

J’ai choisi ce livre pour m’accompagner lors de mon voyage en Andalousie cet été. Je l’ai commencé il y a deux ans en version espagnole et je l’ai repris cette année en langue française.

L’histoire

Daniel a perdu sa mère et grandit seul au milieu de la librairie de son père. Un jour, celui-ci l’amène au cimetière des livres. Il y choisit un ouvrage de Carax qui va bouleverser tout le reste de sa vie et lui faire vivre des aventures incroyables.

Une réflexion sur la lecture

La lecture elle-même n’est-elle pas une aventure? Une aventure capable de changer notre quotidien?, capable de nous interroger sur le passé et l’avenir?, Capable de changer le cours de notre vie?

Le livre de Barcelone

Tout comme dans les romans de Marsé dont je parle souvent ici ( ou ), Zafon fait de sa ville, Barcelone, un personnage à part entière. C’est une force incontestable du roman. La ville participe parfois à l’atmosphère inquiétante ou à la tendresse qui émane du livre. Pour les nostalgiques de la ville catalane, un plaisir j’imagine.

Le suspens

Tout le suspens repose sur le passé du mystérieux auteur disparu trop jeune, Julian Carax. Amour et trahison se jouent autour de ce personnage et son tout aussi énigmatique double, son lecteur Daniel.

La guerre civile

Dans ce roman, on nous rappelle toutes les monstruosités qui ont vu jour lors de la guerre civile espagnole. Je ne vais pas m’étendre là-dessus puisque j’en ai déjà trop parlé précédemment mais la guerre civile, c’est la peur du voisin, du frère; l’abolition de la confiance.

Ici, on nous parle de torture mais aussi d’ami traitre, de personnalités obscures qui se dévoilent.

Mon avis

J’ai trouvé quelques phrases dignes de devenir des citations,je les ai d’ailleurs partagées sur mon compte Instagram, mais j’ai trouvé le roman long, partant dans tous les sens,de sorte qu’à la moitié du roman, j’étais épuisée de ces égarements et ne souhaitais qu’une chose: connaître la fin; car oui, le suspens fonctionne bien.

Mon avis est donc partagé et je ne suis pas entièrement convaincu. Pourtant j’apprécie qu’aujourd’hui encore, un auteur se risque à parler de lecture dans son roman car c’est bien ce dont il s’agit ici.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires sur “« L’Ombre du Vent » de Carlos Ruiz-Zafon

  1. Je l’ai lu à sa sortie et j’avais adoré ce roman. J’ai lu plus récemment un autre de ses livres, dans la lignée de l’ombre du vent nommé « le jeu de l’ange ». Enfait il y a 3 livres qui sont regroupés sans être une réelle trilogie me semble t-il, ici « le cimetière des livres oubliés ». J’ai beaucoup aimé les deux alors peut-être lirais-je le dernier de cette série…

    Après réflexion je me dis que c’est assez bizarre, j’adore lire et je lis plutôt pas mal (plus en vacances quand même mais parfois il y a des livres que j’aime beaucoup mais dont je n’ai qu’un souvenir vague ou une impression quelques années après. L’ombre du vent en fait partie alors que je l’ai beaucoup apprécié dans mes souvenirs.

    J’ai lu quelques bons livres pendant ces vacances, pèle mêle : Le Chardonneret, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, Le Monde selon Garp et les Chroniques de San Francisco (dont j’ai fini par me lasser au bout du 7ème tome :p)

  2. Oui, tout à fait, il s’agit bien d’une sorte de trilogie. Les livres se suivent.
    J’ai entendu parler de ‘Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur », j’ai un bon retour et je crois que je vais le mettre sur ma liste de livre à lire en février 🙂 et j’ai beaucoup aimé « le monde selon Garp » .
    J’ai vu sur Instagram que tu as eu de longues et belles vacances, chanceuse!

commentaires