Rome en un jour, Maria Pourchet

J’ai lu Rome en un jour il y a quelques mois; je souhaite vous en parler aujourd’hui.

Contrairement à ce que suggère le texte, c’est le milieu bobo parisien qui est à l’étude ici. Plus précisément, le couple bobo et attention, si vous ne vous reconnaissez pas, vous reconnaîtrez forcément une personne de votre entourage.

Le couple parisien se doit d’être socialement actif, de paraître n’avoir aucun problème (très joli personnage de Marguerite qui garde toujours le contrôle grâce à… sa boîte de lexomil! et qui-c’est symbolique- ne sait pas quoi faire de ses cheveux indisciplinés qu’elle arrange comme elle peut) , de « construire » tout en ayant l’air d’être cool avec ça, en résumé: d’être heureux.

Derrière les apparences, les choses sont moins romanesques et nous découvrons un couple ordinaire qui étouffe sous les non-dits. On sait dès le début qu’une bombe va exploser. Mais pas tout de suite! Marguerite a organisé une fête surprise sur la terrasse d’un restaurant italien pour l’anniversaire de Paul….

Une journée. Un jour, dans un lieu clos angoissant, deux personnes qui se sont aimées se déchirent. On étouffe avec eux dès les premières lignes et pourtant, on s’y accroche, on les dévore parce que l’histoire renvoie à des émotions que nous avons tous connues au moins une fois dans notre vie.

Petite déception pour la chute, qui gâche tout et qui fait tomber ce roman psychologique dans le mélo que je déteste… Arrêtez-vous avant le dernier paragraphe!

nrf Gallimard, Rome en un jour Maria Pourchet.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires sur “Rome en un jour, Maria Pourchet

commentaires