« Le Soleil des Scorta » de Laurent Gaudé – Bons Baisers des Pouilles

Avant de partir en voyage, j’aime lire un roman qui a été écrit par un auteur de là-bas ou, encore mieux, dont l’action se déroule dans la région de destination. Au moment de passer une semaine dans les Pouilles et à Naples (article ici), j’avais lu toute la série de « L’amie Prodigieuse » d’Elena Ferrante, bien sûr (ici, ici et ) mais je n’avais pas trouvé de roman en lien avec les Pouilles… puis je suis tombée sur celui-ci! « Le Soleil des Scorta », de Laurent Gaudé.

L’Histoire

La lignée Scorta est née d’un violeur et d’une vieille fille folle, une lignée maudite à Montepuccio, village des Pouilles. Voyant la fin venir, Carmela confit au curé du village les secrets et les souvenirs des Scorta qui tentent, tant bien que mal, de laver leur nom et de transmettre, à chaque génération, la fierté et l’honneur d’être un Scorta.

Etre un Scorta

Pas facile d’être un Scorta. Partis de rien, ils doivent gagner leur vie à la sueur de leur front. Personne ne les aidera; ils sont maudits. Dès la naissance, tout est à gagné: l’argent, l’honneur et leur place sous le soleil des Pouilles.

Sens de la vie

Les Scorta s’interroge sur le sens de la vie d’un homme ( et nous aussi). Les générations s’enchainent; certains meurent, d’autres naissent. Qu’est-ce qu’une vie d’homme? Des hauts et des bas? Quelques souvenirs éparses? La vie d’un Scorta n’est pas grand chose; le nom, lui, reste. Et si le but de la vie d’un homme était d’honorer au mieux le nom qu’on lui a donné et de transmettre l’histoire de sa lignée?

Un Vent Chaud Venant des Pouilles

Les Scorta sont indissociables de leurs terres. Chaque fois qu’ils voudront s’en éloigner, le sort en voudra autrement. Peut-être le pacte que le patriarche a passé avec l’Eglise, les condamne à vivre et mourir à Montepuccio. Dès son arrivée, le grand-père violeur arrive aux heures mortes, celles où tout le monde se terre chez soi pour ne pas bruler au soleil. On sent le soleil taper notre front, on sent l’odeur de la terre sèche, on sent le vent chaud nous couper le souffle et nous envelopper de ce doux parfum d’olives, on sent les muscles peser plus lourds. C’est dans ce climat que les Scorta laveront leur nom. Par la sueur. La sueur du travail, de la volonté, du courage; la sueur du soleil apulien.

La Style

Les phrases, elles aussi, ont pris le rythme du Sud. Assommées par le soleil, elles prennent leur temps. Lorsqu’un auteur fait passer l’atmosphère par les mots, c’est plutôt bon signe. Laurent Gaudé aime les Pouilles et ses habitants; on le sent jusque dans sa plume.

Le Soleil des Scorta, Laurent Gaudé- Editions Babel.

Rendez-vous sur Hellocoton !

commentaires