« Violette » de Jehanne Nguyen- Faire le deuil de la personne aimée

J’ai choisi de lire « Violette, il est plus facile de mourir que d’aimer » d’abord parce qu’il m’a été offert par un très bon ami qui n’est autre que le frère de l’auteure, Jehanne Nguyen. Ensuite parce que l’histoire m’a séduite. Ce livre m’a beaucoup touché et il est encore difficile pour moi d’en parler un mois après l’avoir lu. Je l’ai lu très vite. En deux jours.

L’Histoire

Violette rencontre son premier amour, le grand, le vrai. Tout va très vite la passion, l’amour, l’enfant… et la mort de Samuel. Violette doit survivre. Comment?

Le Deuil

C’est bien sûr l’histoire du deuil de celui qui est mort, Samuel. Mais la question de « Comment surpasser l’absence de l’être aimé? », nous renvoie à la disparition de celui que l’on a aimé bien au-delà de la mort. La rupture est elle aussi le deuil d’un amour. Quel chemin prendre lorsque celui que l’on aime quitte subitement « notre » vie? Comment réapprendre le goût de vivre une autre vie? une vie sans l’autre?

L’Amour

« Violette » est un livre sur l’amour. L’amour d’un homme, l’amour d’un enfant, l’amour de Dieu, l’amour de la vie. Ce sentiment essentiel à l’homme qui n’est pourtant pas loin, parfois de nous faire basculer vers la mort.

La Vie

Samuel est mort, Violette doit le suivre: Samuel + Violette. Ce n’est pas si simple, Violette sait que ce n’est pas la volonté de Samuel. Elle doit vivre, au moins pour « son » fils. Celui qu’il espérait tant. Vivre, ce n’est pourtant pas facile quand le manque de l’autre laisse un trou béant alors Violette va tester les limites de la vie, voir jusqu’où elle peut aller. Peut-être est-ce une façon pour elle de se sentir plus proche de Samuel.

La question de Dieu

Samuel n’est pas croyant, Violette ne porte pas plus d’importance que cela à la question de Dieu. Pourtant, lorsque la vie nous impose des épreuves telles que celles que va vivre Violette, il faut trouver la force de survivre et une sorte d’amour infini pour nous rassurer. Beaucoup de personnes puisent cela dans leur foi. Violette s’y refuse. Qu’est-ce que ce Dieu qui lui reprend l’amour sur terre? Il lui faudra du temps pour trouver l’apaisement et peut-être, un sens à sa vie.

Le Style

Les phrases sont saccadées et s’envolent dans la première partie. Il y a des répétitions, des hyperboles, l’amour est complet, absolu. Puis, comme Violette, dans la deuxième partie les phrases se vident de cette puissance épique. On sent l’étouffement, la pesanteur. Il faudra que Violette retrouve un sens à la vie pour qu’à nouveau les phrases se chargent d’un souffle de vie. C’est beau et ça secoue.

Mon Avis

J’ai pleuré dès les premières pages. Certes, il y avait la fatigue des fêtes mais je ne suis pas du genre à pleurer et en lisant un livre encore moins, ou peut-être à la fin et encore, dans de rare cas, comme pour L’amour au temps du choléra par exemple. Là c’est le début qui m’a tiré les larmes. Cet amour total, innocent et pur que l’on sait condamné…

« Violette, Il est plus facile de mourir que d’aimer », Jehanne Nguyen. Editions Quasar.

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 commentaires sur “« Violette » de Jehanne Nguyen- Faire le deuil de la personne aimée

  1. Sur un thème similaire et qui m’a prise aux tripes tout pareil, c’est « la vie est facile ne t’inquiète pas » et son tome 1 accessoirement. C’est je crois le seul livre qui m’a fait pleurer comme une madeleine alors qu’il n’a fait ni chaud ni froid à d’autres. Tu l’as lu ? Il y a des écritures qui nous percutent sans raison apparente, des mots qui savent nous toucher, des tournures auxquelles ont est sensibles et pas d’autres.

    1. Oui, et des sujets auxquels on est sensible, des moments particuliers de notre vie où un livre fait mouche. Ce n’était pas vraiment mon cas, cela dit! Je ne sais pas pourquoi j’ai pleuré, j’ai été touchée par l’amour pur qui est décrit dans la première partie. Ca m’a rappelé de vieux souvenirs. Je n’ai pas lu « la vie est facile ne t’inquiète pas », je n’aime pas le style de l’auteure. J’ai du mal à dépasser la deuxième page, d’où l’absence de critique de cette auteure sur mon blog.

commentaires