« Vol de Nuit », Antoine de Saint-Exupéry

Deux raisons m’ont fait choisir « Vol de Nuit » comme prochaine lecture. La première est qu’un de mes élèves de 4ème, dont le rêve est de devenir pilote, m’a demandé quels livres il pourrait lire à ce sujet. Je lui ai conseillé « Terre des Hommes », que j’avais déjà lu et adoré, mais un ami pilote m’a rappelé que « Vol de Nuit » serait peut-être une lecture plus abordable. Ne l’ayant pas lu, il fallait d’abord que je me forge mon opinion avant de lui en parler. La seconde est que la lecture de Montedidio (ici), m’a ramenée à Antoine de Saint-Exupéry, comme je vous l’expliquais dans l’article. J’ai alors eu l’envie irrésistible de lire « Vol de Nuit » .

L’Histoire

Eh bien, il s’agit plus de raconter l’aviation du point de vue de ceux qui l’a font à terre que du point de vue des pilotes. l’Aéropostale, c’est aussi ces hommes et ces femmes qui l’ont faite. Ici, nous suivons une nouvelle étape de la conquête économique de l’Aéropostale avec la mise en service des dangereux vols de nuit.

Les Hommes

Encore une fois, plus que les machines, ce sont les hommes qui sont sujets d’étude d’Antoine de Saint-Exupéry. Le patron, Rivière, est un personnage à la fois monstrueux et touchant. Monstrueux parce qu’il fait courir des risques à ses pilotes en toute conscience; touchant parce qu’il n’arrive pas complètement à faire abstraction de l’humain. Ainsi, il reçoit l’épouse du pilote alors qu’il pourrait s’en dispenser. Un personnage tout en contraste donc, qui a la fermeté de faire passer l’entreprise avant l’Homme. Bien que ce ne soit pas n’importe quelle entreprise que l’Aéropostale, qui s’apprête à changer le monde et les sociétés, ce point de vue est très largement discutable aujourd’hui. Peut-on infliger un rythme inhumain à des employés, risquer leur vie, pour une entreprise quelle qu’elle soit?

Le Pilote

Fabien affronte la nuit et sa peur. Il est seul:
« Et maintenant, au cœur de la nuit, comme un veilleur, il découvre que la nuit montre l’homme : ces appels, ces lumières, cette inquiétude. Cette simple étoile dans l’ombre : l’isolement d’une maison. L’une s’éteint : c’est une maison qui se ferme sur son amour ou sur son ennui. C’est une maison qui cesse de faire son signal au reste du monde. Ils ne savent pas ce qu’ils espèrent ces paysans accoudés à la table devant leur lampe : ils ne savent pas que leur désir porte si loin, dans la grande nuit qui les enferme. Mais Fabien le découvre quand il vient de mille kilomètres et sent des lames de fond profondes soulever et descendre l’avion qui respire, quand il a traversé dix orages, comme des pays de guerre, et, entre eux, des clairières de lune, et quand il gagne ces lumières, l’une après l’autre, avec le sentiment de vaincre. »

L’Epouse

Antoine de Saint-Exupéry nous rappelle qu’il n’était pas simple d’être épouse de pilote en 1930. Si l’on va au-delà des clichés évoqués du pilote musclé et de la beauté inégalée de son épouse, on peut déceler toute l’angoisse de cette femme, la peur quotidienne de ne jamais revoir son époux, sa solitude extrême.

Le Style

Vol de Nuit ne m’a pas touché autant que Terres des Hommes. Pourtant, nous retrouvons les images évocatrices d’Antoine de Saint-Exupéry, son style inimitable et inégalé. Son écriture est un baume pour l’âme.

« Les collines sous l’avion, creusaient déjà leur sillage d’ombre dans l’or du soir. Les plaines devenait lumineuses mais d’une inusable lumière : dans ce pays elles n’en finissent pas de rendre leur or de même qu’après l’hiver, elles n’en finissent pas de rendre leur neige. »

 

Vol de Nuit, Antoine de Saint-Exupéry- Editions Folio

Rendez-vous sur Hellocoton !

commentaires